La boxe pieds-poings
Rechercher :
 
 
 
Le Dictionnaire de la boxe pieds-poings

En 300 mots, l’essentiel sur les quatre disciplines de boxe pieds-poings les plus pratiquées en France aujourd’hui, mais aussi sur la boxe anglaise, les sports de combat et les arts martiaux.

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | R | S | T | U | V | W |


Sports de combat


Ce terme regroupe un ensemble de disciplines où deux adversaires s’affrontent dans le but de se dominer physiquement soit en se portant des coups soit en se neutralisant.

Les principaux sports de combat sont :

- les arts martiaux,
- la boxe anglaise,
- la boxe pieds-poings,
- la lutte,
- le catch,
- l’escrime.

On établit habituellement une distinction entre les arts martiaux et les sports de combat. Les arts martiaux de tradition sont en effet conçus comme une philosophie du corps et de l’esprit et ne se pratiquent pas dans un esprit de compétition avec l’autre. Ils ne sont donc pas à proprement parler des sports, même si, sous l’influence occidentale, ils ont évolué récemment dans cette direction.

On peut classer les sports de combat en trois grandes catégories :

- les sports de combat reposant sur le corps à corps avec saisies, projections ou immobilisations (judo, aikido, lutte, catch, etc.),
- les sports de combat utilisant les armes naturelles du corps pour frapper des coups (karaté, kung-fu, kempo, boxes, etc.),
- les sports de combat utilisant des instruments pour blesser, tels que sabre, épée, bâton, fléau, notamment (Escrime, Nunchaku, etc.).

On appelle également sports de contact les deux premières catégories de pratiques.

Caractéristiques communes

Les sports de combat sont la transposition de situations d’affrontement réelles (combat rapproché en temps de guerre, bagarre de rue, duel, résistance à un ennemi armé, etc.).

Compte tenu du réalisme de la situation qu’ils mettent en jeu, ce sont des activités à haut risque, aux techniques parfois mortelles, qui se pratiquent donc soit en ne portant pas les coups (esprit des arts martiaux de tradition), soit en portant les coups avec des protections, soit enfin en ne poussant pas les techniques à l’extrême.

Les combats ont lieu le plus souvent en intérieur et les pratiquants s’affrontent dans un espace limité (tapis, ring, podium de l’escrime, etc.) sous le contrôle d’arbitres et de juges qui désignent le vainqueur et le perdant.

Origines

Leur origine se perd dans la nuit des temps ; ils sont certainement aussi anciens que l’homme comme l’attestent les témoignages que nous possédons sur les activités de nos ancêtres préhistoriques. C’est ce qui leur donne un statut sportif un peu à part. Ils sont comme hors du temps, à la fois archaïques et éternels. Leur histoire est moins marquée par une évolution significative de leurs techniques que par le souci de les rendre de moins en moins dangereux sans rien leur ôter de leur violence.

Principes

Ils reposent sur des principes fondamentaux de la condition humaine et du monde physique : ils représentent la lutte éternelle du bien et du mal, du Yin et du Yang (affrontement des opposés, dualisme de l’univers, jeu des énergies positives et négatives).Ils s’appuient sur la maîtrise volontaire de phénomènes situés en dessous du seuil de la conscience : mobilisation de l’énergie vitale, anticipation des intentions de l’adversaire, utilisation tactique et stratégique de réflexes et d’automatismes physiques et mentaux.

Ils suscitent de ce fait des polémiques entre ceux qui ne voient que le déploiement des pulsions inconscientes et ceux qui insistent sur le contrôle permanent de ces pulsions, lequel ferait la noblesse de ces sports. Leurs détracteurs voient en eux l’expression d’une primitivité, d’une instinctivité quasi animale (Voir Instincts).

Pourtant, les adeptes des sports de combat sont très souvent des individus calmes, non violents, équilibrés. Sans doute parce qu’ils ont su, à travers leur pratique, échapper à la « dissociation », c’est-à-dire à la perte de contact entre la conscience et l’inconscient. Ils incarnent en quelque sorte l’homme debout, assumant les contradictions de la nature humaine (mi-ange, mi-bête) et ses aspirations opposées (guerre et paix).


Lire aussi :
Opposés Agressivité Combativité

Les autres articles sur le même thème (Disciplines) :

 
12 juin 2011
Le "TOP 50" des articles les plus lus
Enchaînements (19144) Blessures (17928) Entraînement (16378) Age (16360) Echauffement (13094) Coups de pied (10576) Abdominaux (8654) Etirements (6973) Vaseline (5889) Boxe anglaise (4807) Interdictions (4674) Musculation (4592) Bagarre de rue (3976) Balayage (Fauchage) (3788) Jeu de jambes (3718) Déplacements (3523) Chauss’Fight (3462) Droitier (3454) Déroulement d’une compétition (3399) Sautés (Coups de pied) (3106) Récupération (3101) Sac de frappe (2924) Bandage (2855) Shadow-boxing (2629) Kick-Boxing (2594) Respiration (2585) Pugilat (2547) Œil du Tigre (2469) Boxe française-Savate (2464) Chevillère (2460) Muscles (2366) Coquard (2317) Circulaire (Coup de pied) (2316) Garde (2314) Coups de genou (2307) Tactique (2273) Muay Thaï (2232) Boxe pieds-poings (2229) Full-Contact (2086) Protège-dents (2025) Assouplissements (2012) Bouclier (PAO) (1959) Coups de poing (1945) Retournés (Coups de pied) (1902) Corde à sauter (1873) Mental (1845) Points vitaux (1840) Sexualité (1783) Encaisser (1774) Noble art (1730)


Le Dictionnaire de la boxe pieds-poings de Christian Julia
© Textes et photographies Christian Julia. 1997-2013. Reproduction interdite.

Ce site vous plaît ?
Aidez-moi à l'animer en me faisant un don
sur le site sécurisé de PayPal :

Haut de page

 

NAVIGATION


Les Champions
Les Galeries
Le Petit Journal
Les Vidéos
Le Kiosque
Les Liens
Les Formulaires
Le Site
Quoi de neuf

OUTILS


Plan du site

LA PLANETE BOXE COMMUNIQUE

 
© La boxe pieds-poings. Textes et photos de Christian Julia. 1997-2017. Reproduction interdite.
Site conçu par On a beau dire ! avec SPIP