La boxe pieds-poings
Rechercher :
 
 
 
Les champions des années 90

Suivant l’exemple des pionniers, de très nombreux jeunes se tournent vers les sports de combat. Les Français se hissent au plus haut niveau mondial en boxe pieds-poings, surtout en boxe thaïlandaise. Les champions de ces années-là sont des références pour les années à venir.

Andy Hug

(Suisse)
Champion d’Europe de Karaté kyokushinkaï 1983 - Champion du monde de Seïdo 1992 - Champion du monde de muay thaï 1994 et 96 - Vainqueur du K-1 1996.

Né le : 7 septembre 1964 - Taille : 1,80 m - Poids : 96 kg.

Décédé brutalement d’une leucémie foudroyante le 24 août 2000 à l’âge de 36 ans, Andy Hug était une des figures marquantes du K-1, le grand circuit professionnel Japonais des poids lourds du Muay Thaï. Après une brillante carrière en Karaté Kyokunshinkaï puis en Seïdo, où il conquit des titres internationaux, il se tourna vers le kick-boxing et le muay thaï en 1993. Véritable coqueluche des Japonais (et de ses compatriotes suisses) on l’a malheureusement peu vu en France.


Andy Hug est mort brutalement à l’âge de 36 ans d’une leucémie foudroyante le 24 août 2000 dans un hôpital de Tokyo. Ses funérailles ont eu lieu le 26 août au Temple Azabusan Zenpuku-Ji de Tokyo.

Il laissait une épouse et un petit garçon de 7 ans.

Nombreux sont ceux qui, dans le monde entier, ont admiré ce champion très complet, très maître de lui-même, au style nouveau et efficace.

Chronologie


Andy Hug naît à Zurich (Suisse) le 7 septembre 1964. Il commence les arts martiaux à l’âge de 10 ans et devient champion national de Karaté Kyokushinkaï à 17 ans.

ANDY HUG (À GAUCHE) À SES DÉBUTS EN ARTS MARTIAUX

Il emporte le titre européen dans cette discipline à 19 ans puis parvint, à 22 ans, en finale du titre mondial au Japon. Il s’incline devant Shokei Matsui mais sa prestation impressionne les Japonais.

En 1992, il passe du Kyokushinkaï au Seïdo et devient champion du monde dans cette discipline.

En 1993, il se tourne vers le muay thaï. Il remporte le titre mondial contre le Hollandais Van Esdonk en 1994.

1995 est une année noire pour lui : il subit deux défaites par K.O. mais il bat Le Banner en décembre à Nagoya.

Mais c’est en 1996 que sa carrière prend un virage décisif avec une participation époustouflante au grand tournoi japonais des poids lourds du muay thaï, le K1. Il bat Ernesto Hoost, Mike Bernardo, "Stan The Man", Masaaki Satake, Musashi et Peter Aerts et remporte la finale en battant Bernardo. Cette même année il prend la ceinture mondiale WMTC des super-lourds à Stan Longédinis ("Stan The Man").

En 1998, il récidive dans le K1 mais Peter Aerts, arrivé plus frais que lui en finale, le bat par K.O. Il espérait que la session 2000 de ce tournoi lui permettrait de terminer en beauté sa carrière en remportant la finale une seconde fois.

Les Japonais l’admiraient beaucoup, au point de lui avoir conféré le titre honorifique de "Samouraï".

Christian JULIA

(Les photographies sont issues du site Andy Hug’s history)

Voir les vidéos de ce champion :


30 votes

m_t
k_1
 
25 janvier 2010

Ce site vous plaît ?
Aidez-moi à l'animer en me faisant un don
sur le site sécurisé de PayPal :

Haut de page

 

NAVIGATION


Les Champions
Les Galeries
Le Petit Journal
Les Vidéos
Le Kiosque
Les Liens
Les Formulaires
Le Site
Quoi de neuf

OUTILS


Plan du site

LA PLANETE BOXE COMMUNIQUE

 
© La boxe pieds-poings. Textes et photos de Christian Julia. 1997-2017. Reproduction interdite.
Site conçu par On a beau dire ! avec SPIP